ESU: l’image négative de l’Université de Goma par ses agents révoqués

0
214

Les anciens agents de l’UNIGOM ont manifestés ce mercredi 31 Août 2022, devant le bureau administratif de cette grande Université Publique de la province du Nord-Kivu.

Dans leurs griefs, l’université leur doit sept mois d’arriérés impayés, alors qu’ils ont été poussé à la démission par le comité de gestion actuel, avec pour motif, un nombre très élevé d’un personnel pléthore pour l’université.

« Nous demandons au comité de gestion de nous remettre dans nos droits. Nous ne voulons plus notre réintégration, mais nous demandons seulement le paiement de nos sept mois impayés. Le comité de gestion nous a poussé à la démission depuis un temps « , s’exprime Bikulu Trésor, agent révoqué par l’université.

Pour sa part, l’université de Goma à travers son recteur rejette en bloque ces allégations.

« Ces sont des personnes qui ne font plus partie de l’université de Goma. Quand nous avons pris nos fonctions, nous avons constaté que l’université avait un nombre important d’un personnel qui coûtait cher au budget de l’Université. C’est ainsi qu’ avec l’ensemble de notre équipe nous avons élaboré un certain nombre des critères, pour engagé un personnel qualifié« , s’exprime le recteur.

Le recteur de l’Université de Goma, Prof. Muhindo MUGHANDA

Et de poursuivre:

« Nous avons donné une sorte de mise en disponibilité des agents aux agents qui ne remplissaient pas les critères, avec pour option de fair recours à eux, une fois l’occasion de présentait. En ce qui concerne les sept mois, ils n’existent pas car, Février, Mars, Avril il y avait COVID 19 et Mai, Juin il y avait éruption volcanique. Et donc les agents étaient payés sur base de mois prestés et non le contraire« , affirme le Professeur Muhindo Mughanda, Recteur de l’Université de Goma.

Il sied de signaler que ces agents qui seraient estimé à deux cents ne jurent que par le paiement de leurs arriérés de salaire, alors que l’université quant à elle pense avoir résolu cette question il y a belle lurette. Reste à savoir si les autorités compétentes pourront s’impliquer dans cette question pour trouver une issue.

Amiral Senghor et Fiston Issemwami.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici